Archives for the month of: July, 2013

Le 28, j’ai eu 26 donc. Une page se tourne. Avec mon projet turc comme transition. Étape fondamentale qui m’aura permis d’avancer encore un peu vers mes intérêts graphiques et professionnels. Sans compter la construction de ma personne.

Mais ce n’est pas du tout de ça dont je veux vous parler ici, non. Je souhaite revenir sur le forfait de ce frippon de teuton de Ditscherlein –Matthias quoi. C’est bien la première fois qu’on me faisait une telle surprise. Quelque peu écornée par une gaffe de Sezen, je m’étais imaginé la chose sans vraiment trop y croire, me semblant irréalisable.

Le coquin a en effet organisé pour mon anniversaire une petite sauterie, avec ses amis de la mairie, et les miens désormais, mais également, à mon insu, convié toute la clique de l’asso’, soit Sezen, Açelya, Seçil et Kenan, comme décrit dans mon post précédent. Pas rassasié par cette petite cachotterie, le bougre a également réalisé « l’identité visuelle » de l’événement, avec mon avatar placardé un peu partout dans l’appartement, sans compter quelques exemplaires supplémentaires dans la rue, de la station à la maison, et des mascottes, statuettes de carton, trônant dans le salon. Il ne faut pas omettre non plus les ballons, d’hélium, et de rouge, et le gâteau à mon nom. Bref une fête complète, et vraiment touchante, belle conclusion de ces mois turques, et de cette amitié franco-allemande. Dankeschön Herr Ditscherlein !

001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013

Advertisements

J’ai pris de l’âge, 26 balais. Matthias, le fameux teuton, m’a d’ailleurs organisé une belle « suprise-party » où j’ai retrouvé bien étonné Seçil, Sezen, Açelya et Kenan –membre du groupe d’Açelya. J’ai réalisé ma première sérigraphie de A à Z, ou plutôt nous avons, formant avec mon binôme graphique Mustafa une équipe de choc. 33 sacs, 21 t-shirts et une quarantaine de papiers à « gevrek » pour l’association ! Je continue de profiter du soleil extrême pour visiter les plages alentours. Özdere la semaine dernière avec les jeunes de l’atelier, Çesme quelques temps plutôt avec les comparses Erasmus. Occasion de goûter aux joies de l’autostop, 2 jeunes filles à l’aller, un chaleureux camionneur au retour. Nous avons réalisé le dernier mur de l’association, le long de la mer et des palmiers. Nous avons failli être stoppé dans notre élan mais avons finalement achevé notre œuvre après négociation et gardien conciliant. J’ai découvert la trappe d’accès au toit de mon immeuble –de belles photos en perspective. Je bois du vin de « Kayra ». J’ai assisté à ma première fête la musique turque. Organisée par l’Institut Français d’Izmir, il était agréable d’entendre le « Kordon » raisonner d’hymnes francophones. Je déguste de juteux « kavun », bâtard de la pastèque et du melon, à la chair blanche, parfait équilibre de fraîcheur et de sucre. J’ai offert un set Hi-Fi complet à Seçil, avec platine de disque et enceintes conséquentes, le tout pour 25 TL, 10 euros, au marché aux puces –sa joie n’était pas feinte et ses larmes réelles. Je me délecte de petits-déjeuners complets sur le balcon, dans la fraîcheur encore acceptable du début de matinée, parfois accompagné du crachotis du diamant sur les sillons vinyliques. J’ai peint un mur totalement improvisé sur la terrasse de l’école d’Art de Mustafa. Bombes sponsorisées par l’université, évidemment. Je fais des crêpes à tout-va. Je continue de me mitonner de bons petits plats. Je me fais régulièrement complimenter sur ma barbe, parfois interrogé sur la mosquée que je fréquente. On m’a d’ailleurs offert beaucoup de t-shirts pour mon anniversaire, dont un fameux, barbu, par les jeunes de l’Atölye. Et il me reste une semaine pour tout boucler. Alors « Görüsürüz arkadaşlar », à bientôt les amis.

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 Vénus Noire, de Abdellatif Kechiche, est un film au sujet fort mais peu évident à regarder. Histoire de la “Venus Hottentote” , bête de foire du XIXe siècle, il faut s’accrocher pour visionner le calvaire de cette malheureuse femme noire.